La lutte contre le cybersquatting et le typosquatting


Le cybersquatting et le typosquatting sont des pratiques qui nuisent à plusieurs titres aux titulaire de marques ou de sites internet.

En premier lieu, les atteintes à une marque ont un effet négatif sur sa notoriété. Par exemple, les adresses France2.com & France3.com, qui ont pendant des années accueilli des pages insultantes envers la France, ont causé et continuent de causer un tort certain à France Télévision. Et d'une manière générale, les cas de cybersquatting sont largement repris par les médias, ce qui crée une publicité dont les effets ne sont pas à l'avantage des sociétés concernées.

D'autre part, le cybersquatting et le typosquatting occasionnent une déperdition de trafic naturel. Dans un environnement concurrentiel, perdre 5 ou 10 % de son trafic peut s'avérer fortement pénalisant.

Enfin, le cybersquatting pose le problème de la divulgation d'informations confidentielles. Certains messages confidentiels peuvent ainsi être envoyés par erreur à l'adresse moncontact@france2.com au lieu de moncontact@france2.fr. Le titulaire de france2.com peut alors placer un catch-all qui lui permet récupérer tous les emails reçus sur son serveur, et ainsi mettre la main sur des informations confidentielles.

Il est donc nécessaire d'effectuer les démarches, généralement peu onéreuses, afin de récupérer ses noms de domaine. De même, il convient d'adopter les mesures adéquates pour prévenir au maximum les risques de cybersquatting.

Une première recommandation consiste à demander le transfert et non l'annulation des noms de domaine litigieux, afin d'éviter qu'ils soient à nouveau enregistrés par un déposant de mauvaise foi. Cette recommandation somme toute logique est pourtant peu suivie par les entreprises, en partie à cause des conseils de cabinets d'avocats, moins soucieux de trouver des solutions durables pour leurs clients que de s'assurer une clientèle captive.

La plupart des bureaux d'enregistrement permettent d'identifier les noms de domaine proches de ses propres marques et produits. Pour un coût relativement réduit, du moins à l'échelle des grands groupes, il est possible d'enregistrer toutes sortes de domaines proches de ses principales marques et produits : variations avec ou sans tiret, dans les principales extensions, avec les fautes d'orthographe et de frappes courantes, etc. Un système d'alerte permet également d'être informé dès lors qu'un nom de domaine incluant la combinaison de caractères choisie est déposé. Ceci n'empêche pas les dépôts litigieux, mais permet de réagir rapidement.

Valid XHTML 1.0 Transitional