Protéger ses noms de domaine


Bien qu'ils puissent parfois constituer l'essentiel de la valeur d'une société, il n'existe aucun moyen certain de se protéger contre la perte d'un nom de domaine.

Chaque jour, des noms de domaine sont perdus par leur titulaire, que ce soit par négligence ou d'une fait d'une malversation. Le cas le plus fréquent survient après un changement d'adresse email, le titulaire d'un nom de domaine ne recevant pas les relances du bureau d'enregistrement pour le renouvellement d'un ou plusieurs noms de domaine, qui finissent par expirer. Bien que la protection optimale n'existe pas, il est possible de se prémunir au maximum contre les risques de pertes de noms de domaine.

Le choix du bureau d'enregistrement

Parmi tous les bureaux d'enregistrement du marché, il est recommandé de se tourner en priorité vers les plus fiables, c'est-à-dire ceux qui offrent des garanties de pérennité.

Dans le cas de défaillance d'un bureau d'enregistrement, le risque de perdre un nom de domaine est important, comme l'a montré le scandale de RegisterFly en 2007, qui était pourtant un bureau d'enregistrement accrédité par l'ICANN. En ce qui concerne les extensions génériques, les données propriétaires (Whois) pour chaque nom de domaine sont en effet maintenues par chaque bureau d'enregistrement, et non par le registre central. La disparition d'un bureau d'enregistrement peut ainsi rendre impossible l'identification des propriétaires des noms de domaine concernés et entraîner la perte, pour cause de non-renouvellement, de nombre de noms de domaine.

Il n'est pas rare que, même après avoir renouvelé un nom de domaine auprès de son bureau d'enregistrement, celui-ci expire. Par négligence, certains bureaux d'enregistrement "oublient" de renouveler des noms de domaine auprès du registre.

Par ailleurs, le vol de noms de domaine est fréquent. Certains bureaux d’enregistrement remplissent leurs propres données propriétaires lors d'un enregistrement. Rapidement, ceux-ci deviennent injoignables et s'approprient de fait les noms de domaine de leurs clients.

C'est pourquoi il est impératif d'héberger ses noms de domaine vers les bureaux d'enregistrement les plus réputés.

Le choix des modalités d'enregistrement

Pour les extensions génériques, il est permis de renouveler un nom de domaine pour un durée allant d'un à dix ans. En ce qui concerne les noms de domaine stratégiques, une durée de dix ans est à recommander. De même, le placement du nom de domaine en position "registrar lock", fonctionnalité offerte par tous les registreurs sérieux, permet d'empêcher toute demande de transfert.

Les protections contre le vol de domaine

Le slamming est une escroquerie courante, qui consiste à demander le transfert d'un nom de domaine à des titulaires qui ne l'ont pas sollicité. Les titulaires de nom de domaine peu attentifs peuvent, pour une raison ou une autre, accepter la demande de transfert. Dans la plupart des cas, la propriété n'est pas perdue, puisque l'hébergement du nom de domaine est seulement transféré vers un bureau d'enregistrement qui utilise cette technique pour obtenir de nouveaux clients. Certaines sociétés sont particulièrement inventives, comme la tristement célèbre Domain Name of America, puisqu'elles vont jusqu'à envoyer des courriers postaux en se servant des données whois, demandant le renouvellement d'un nom de domaine. Le courrier est présenté de telle manière à ce que le titulaire du nom pense qu'il s'agit d'un organisme officiel qui prévient du renouvellement, alors qu'en fait il lui est demandé de transférer un nom de domaine.

Le slamming est toutefois également parfois synonyme de vol. La demande de transfert est le plus souvent réalisée à l'insu du propriétaire, que ce soit par usurpation d'identité, envoi de fax, piratage de compte email, etc. Les victimes sont parfois des proies célèbres, telles que sex.com, que le titulaire n'a pu récupérer qu'après douze années de procédures (!) ou plus récemment le forum francophone des webmasters Webrankinfo.

Valid XHTML 1.0 Transitional